Epilepsie: entre mythe et réalité

Voici comment une mauvaise santé bucco-dentaire peut provoquer une maladie cardiaque
4 février 2018
Vous êtes témoin d’un accident? Voici ce que vous devez faire
15 février 2018
Tout montrer
  • 77
  • 19
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    96
    Partages

Une personne à terre qui convulse, de la salive qui coule à ne plus s’arrêter ou de l’urine qui fuit: c’est un peu la scène d’une crise épileptique. Selon l’OMS, l’épilepsie est une affection qui touche plus de 50 millions de personnes dans le monde. L’absence d’informations générales particulièrement en Afrique en fait une maladie incomprise par la majorité de la population.

Aujourd’hui 08 février journée mondiale contre l’épilepsie, découvrons ce qu’il en est réellement afin d’abandonner les fausses croyances qui rendent la vie difficile aux malades et à leurs proches.

LE MYTHE
Suite à une crise épileptique, les malades perçoivent un changement de comportement de la part des collègues de travail ou de jeux. Ils sont victimes de nombreux préjugés sociaux car l’épilepsie était autrefois attribuée à une possession démoniaque, une crise due à un démon. Ainsi, souvent, la première destination des malades après les crises n’était pas un hôpital mais plutôt un lieu d’exorcisme. Il s’agissait d’une maladie sacrée et il fallait absolument se tenir loin de ces personnes au risque de contracter à son tour cette maladie, d’être maudit. La personne épileptique représentait donc un danger qu’il fallait éviter à tout prix car une simple goutte de salive ou de sueur pourrait être source de contamination.

L’épilepsie était autrefois attribuée à une possession démoniaque Click To Tweet

MAIS LA VERITE, C’EST QU’IL N’Y A AUCUNE PART DE VERITE DANS TOUT CE PARAGRAPHE

QU’EN EST-IL REELLEMENT ???
L’épilepsie est une affection neurologique chronique. Il s’agit d’une maladie qui touche le cerveau et se manifeste le plus souvent par des tremblements involontaires touchants une partie du corps ou l’ensemble du corps: convulsions. Mais attention toute personne qui convulse n’est pas atteinte d’épilepsie et tous les épileptiques ne font pas de convulsions. Il existe d’autres formes de crise, par exemple une absence (la personne a le regard dans le vide et ne répond plus).

Toute personne qui convulse n’est pas atteinte d’épilepsie et tous les épileptiques ne font pas de convulsions. Click To Tweet

LA CAUSE?
Les crises résultent de décharges électriques excessives dans une partie du cerveau, un peu comme un court-circuit d’une autre zone du cerveau qui ne fonctionne plus. La cause des décharges dans la majorité des cas n’est pas retrouvée. Cependant il y en a qui surviennent des mois, des années après un événement affectant le fonctionnement du cerveau comme un accident vasculaire cérébral (AVC), un traumatisme crânien, une tumeur ou une infection du cerveau ou même parfois des traumatismes remontant à la naissance. L’épilepsie n’est donc nullement contagieuse. On n’attrape pas l’épilepsie en touchant un malade pendant sa crise ou en passant à l’endroit ou il a fait sa crise. Retenez que l’épilepsie n’est pas une possession spirituelle ou encore une maladie mentale. Les personnes atteintes d’épilepsie ne sont pas différentes physiquement des autres.

L’épilepsie n’est pas une maladie contagieuse Click To Tweet

L’AFFAIRE DU NEUROLOGUE EPILEPTOLOGUE

Etant une maladie chronique, cela nécessite un suivi particulier de la part d’un spécialiste neurologue précisément un épileptologue. Il existe plusieurs traitements permettant de maitriser et  surtout de prévenir les crises. Ce traitement combiné à une hygiène de vie saine permet d’avoir une vie meilleure et de s’épanouir.

Il existe plusieurs traitements permettant de maitriser et surtout de prévenir les crises. Click To Tweet

QUE FAIRE DEVANT UNE CRISE D’EPILEPSIE?
· Rester calme
· S’assurer que la personne ne court aucun danger (éloigner tout objet pouvant le blesser, sortir d’une piscine)
· Ne pas essayer de retenir la personne
· Ne pas mettre un objet dans sa bouche pour lui éviter d’avaler sa langue (il peut mordre sa langue mais ne peut l’avaler)
· A la fin de la crise, la mettre en position latérale de sécurité et lui permettre de se reposer.

En somme les répercussions psychologiques (stigmatisation, discrimination) sont plus difficiles à supporter pour les épileptiques que la maladie elle-même. Il est donc du devoir de tous d’aider les malades afin qu’ils s’épanouissent librement et contribuent au développement de nos pays.

La stigmatisation et la discrimination sont plus difficiles à supporter pour les épileptiques que la maladie elle-même Click To Tweet

Le blog de Arayaa, tout ce que votre médecin n’a pas le temps de vous expliquer en consultation!


Christelle Sèdjamè

Interne au Centre National Hospitalier Universitaire de Cotonou


  • 77
  • 19
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    96
    Partages
Docteur G
Docteur G
Dr G est un médecin béninois passionné de médecine préventive. Pour lui, il ne faut pas attendre le malade derrière un bureau de consultation; il faut plutôt agir en amont de la maladie en lui montrant les bonnes pratiques pour conserver sa santé.