Maladies de A à Z

Apnée du sommeil

Qu’est-ce que c’est ?

C’est des arrêts involontaires de la respiration (apnées) survenant durant le sommeil. Elle se produit souvent chez les personnes en surpoids, agées ou qui ronflent.

Comment le reconnaitre ?

Il s’agit de pauses respiratoires de 10 à 30 secondes pendant le sommeil. Cela occasionne les maux de tête, la somnolence pendant la journée, l’irritabilité et même des problèmes conjugaux. La conséquence est une augmentation du risque des problèmes cardiovasculaires, de la dépression, des accidents. En résumé, l’apnée du sommeil dimunie la qualité de vie et l’espérance de vie.

Les causes ?

Les apnées du sommeil sont dues à un relachement de la langue et des muscles de la gorge. Cela se voit chez les personnes obèses et les personnes agées.

Que faire ?

Quand consulter ?

  1. L’apnée du sommeil est problématique lorsqu’il y en a plus de 5 par heure. Dans les cas graves, elles surviennent jusqu’à plus de 30 fois par heure. Il faut consulter lorsque :
  2. vos ronflements sont bruyants et perturbent le sommeil de votre conjoint ;
  3. vous vous réveillez souvent la nuit en ayant l’impression de mal respirer
  4. votre conjoint remarque des arrêts respiratoires pendant que vous dormez ;
  5. vous vous sentez fatigué dès le matin et vous vous endormez fréquemment pendant la journée.
Arthrose

L’arthrose , qu’est-ce-que c’est ?

L’arthrose est une atteinte chronique des articulations traduisant leur vieillissement anormal. Elle se manifeste par la douleur et la raideur au niveau des articulations.

Le surpoids et les (micro)traumatismes sont les principales causes d’arthrose. Le surpoids occasionne un excès de travail aux articulations qui doivent porter le poids du corps (genou, hanche, colonne vertébrale surtout). Les microtraumatismes liés à l’activité sportive, professionnelle ou domestique sont également en cause.
L’âge, l’hérédité et le sexe sont des facteurs qui ne peuvent pas être modifiés.

Que faire ?

Conseils d’économie articulaire : éviter le port de charges lourdes, éviter toute activité physique qui déclenche les douleurs
Réduction de l’excès de poids
Programme d’activités physiques
Les autres mesures sont représentées par les orthèses (semelles, genouillères, cannes de marche) et l’apprentissage auprès d’un kinésithérapeute des exercices de mobilisation articulaire et de renforcement musculaire

La chirurgie (prothèse de genou ou de hanche) est envisagée lorsque les 2 conditions suivantes sont remplies :

  • les médicaments ne suffisent plus au soulagement des douleurs ;
  • les lésions d’arthrose sont « bien avancées » sur les radiographies.
AVC, Accident Vasculaire Cérébral

C’est quoi l’AVC?

L’ AVC est le plus souvent un arrêt brutal (accident) de la circulation du sang dans une zone du cerveau. Cet arrêt est la conséquence soit d’une hémorragie (écoulement du sang hors des vaisseaux après déchirure de ceux-ci) d’une artère du cerveau soit d’un caillot qui bouche l’artère. Il en résulte un arrêt de l’approvisionnement du cerveau en oxygène et en glucose. Cela aboutit à la mort des cellules de la partie du cerveau concernée.

Comment le reconnaître ?

Il se manifeste par la paralysie d’une partie du corps, une difficulté à parler, une perte de la vue, une perte de connaissance (coma).

Lorsque ces signes disparaissent en moins d’une heure, on parle d’AIT (Accident Ischémique Transitoire)

Quelles sont les causes ?

L’hypertension artérielle vient en tête des facteurs de risque.

Autres : Alcoolisme chronique fragilise les vaisseaux, diabète, tabac, contraceptifs à base d’oestroprogestatifs, infections…

Quand consulter ?

L’ AVC est une urgence. Lorsque vous constatez les signes, il faut très vite amener la victime à l’hôpital. Une hospitalisation est nécessaire

Avortement spontané

Qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’une interruption involontaire d’une grossesse de façon naturelle.

Comment la reconnaître ?

On distingue :

– la fausse couche spontanée (selon l’OMS, elle survient avant 22semaines d’aménorrhée),

– la fausse couche précoce,

– la fausse couche tardive qui survient au-delà du 1er trimestre de la grossesse.

On reconnait la fausse couche par la disparition des symptômes de la grossesse tels que les nausées et vomissements. Elle se manifeste également par un saignement anormal, pouvant s’accompagner de douleurs pelviennes à type de contraction utérine.

Causes

Une fausse couche peut être due à des malformations génitales chez la femme, des malformations du fœtus rendant l’embryon non viable et éliminé par sélection naturelle, un dérèglement hormonal qui peut empêcher ou interrompre la nidation. Il existe des facteurs qui sont à risques pour les femmes enceintes : ce sont l’abus d’alcool et de tabac, la toxoplasmose, les infections

Que faire ? Et quand consulter ?

Tout saignement pendant la grossesse nécessite de consulter un médecin. Il faut toujours consulter systématiquement quand l’un des symptômes décrits apparaît car, ils ne sont pas spécifiques d’une fausse couche, mais peuvent menacer votre grossesse.

Consulter si vous avez des antécédents de fausses couches ou si il en existe dans votre famille.

Canal carpien, syndrome

Qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit des manifestations consécutives à la compression du nerf médian. Le nerf médian passe dans un tunnel situé au niveau du poignet et nommé ‘’canal carpien’’

Comment le reconnaître ?

Il se manifeste par un engourdissement, des fourmillements, une raideur et même des douleurs dans la main et les doigts (pouce, index, majeur). Parfois une difficulté à saisir les petits objets. Il est fréquent chez les travailleurs manuels après 50 ans.

Causes

Elles sont variées. Il s’agit par exemple de mouvements répétitifs du poignet pendant longtemps, l’usage répété d’outils qui vibrent, l’usage fréquent de la souris, l’arthrite du poignet, les troubles neurologiques dus au diabète, les variations hormonales pendant la ménopause…

Traitement (Que faire ?

Souvent, le syndrome du canal carpien disparait spontanément sans traitement.

Sinon, la chirurgie permet de lever la compression.

Mesures de prévention

  • Faire régulièrement reposer les mains durant l’exécution de tâches répétitives.
  • Alterner régulièrement les mouvements d’une main à l’autre.
  • Tenir les objets dans la main plutôt que du bout des doigts.
  • S’assurer que les poignées des outils ne sont pas trop grosses ou trop petites pour la main.
  • Éviter d’utiliser longtemps des outils qui vibrent fortement.
  • Bien traiter les maladies qui peuvent causer le syndrome du canal carpien.
Chéloïdes, cicatrices chéloïdiennes

Les cicatrices chéloïdes sont des tumeurs bénignes cutanées fibroblastiques qui peuvent être soit secondaires à une lésion cutanée (traumatisme, brûlure, infection) ; soit de survenue spontanée. Ces tumeurs bénignes semblent de plus en plus fréquemment observées.

Les chéloïdes sont beaucoup plus fréquentes chez les sujets noirs. Elles succèdent en général à une plaie, un traumatisme cutané, une dermatose inflammatoire, des pratiques de scarifications ethniques.

Leur diagnostic est clinique. Elles siègent habituellement aux lobes de l’oreille, aux épaules, à la partie supérieure du dos et à la région thoracique antérieure.

Une forme particulière est l’acné chéloïdienne de la nuque qui s’observe principalement chez les Noirs au niveau de la nuque.

acné chéloïdienne de la nuque

PRECAUTIONS
.- Consulter le plus vite possible en cas de constatation de cicatrices chéloïdes de petite taille (papule), ou de taille modérée (nodule)
– Surveiller régulièrement toutes infections cutanées ou traumatismes cutanés par un dermatologue surtout chez les patients avec antécédents personnels et familiaux de cicatrices chéloïdes.
– Eviter les rasages (barbe, pubis, aisselles…) et les piercings intempestifs surtout ceux avec antécédents personnels et familiaux de cicatrices chéloïdes

Cystites

Qu’est-ce que c’est ?

La cystite bactérienne peut être définie comme une infection des urines contenues dans la vessie. Elle est dite récidivante lorsque l’on constate plus de 4 épisodes par an. Elle est très fréquente chez les femmes pour des raisons anatomiques (brièveté de l’urètre féminin, contrairement à l’homme chez qui il existe un rôle protecteur de la prostate et de ses sécrétions riches en zinc, ainsi que de la longueur urétrale).

Le dépistage a un intérêt uniquement chez la femme enceinte (risque de cystite et d’infection du haut appareil).

Comment la reconnaître ?

Il n’existe que des signes locaux.

  • Tendance à beaucoup uriner mais chaque fois en petite quantité
  • Brûlures pendant qu’on urine
  • Envies pressantes

On peut également constater

des douleurs du bas ventre, des urines troubles et malodorantes, du sang dans les urines possible.

Il n’y a jamais de douleurs lombaires, ni de fièvre.

 

Quelles en sont les causes ?

La cystite est souvent secondaire à des manœuvres endo-urétrales ou en provenance du tube digestif,

Les germes les plus fréquemment incriminés sont : E. coli, Proteus sp., Klebsiella sp.,

Staphylococcus sp., Streptococcus sp

Que faire ?

  • Lutte contre la constipation,
  • Cure de diurèse,
  • Suppression des mictions retenues,
  • Essuyage d’avant en arrière,
  • Traitement d’une mycose associée,

 

Quand consulter?

Devant un des symptômes énumérés ci-dessus, consulter votre médecin pour une prise en charge adéquate

Fausse couche
  • Qu’est-ce que c’est ?Il s’agit d’une interruption involontaire d’une grossesse de façon naturelle.

    Comment la reconnaître ?

    On distingue :

    – la fausse couche spontanée (selon l’OMS, elle survient avant 22semaines d’aménorrhée),

    – la fausse couche précoce,

    – la fausse couche tardive qui survient au-delà du 1er trimestre de la grossesse.

    On reconnait la fausse couche par la disparition des symptômes de la grossesse tels que les nausées et vomissements. Elle se manifeste également par un saignement anormal, pouvant s’accompagner de douleurs pelviennes à type de contraction utérine.

    Causes

    Une fausse couche peut être due à des malformations génitales chez la femme, des malformations du fœtus rendant l’embryon non viable et éliminé par sélection naturelle, un dérèglement hormonal qui peut empêcher ou interrompre la nidation. Il existe des facteurs qui sont à risques pour les femmes enceintes : ce sont l’abus d’alcool et de tabac, la toxoplasmose, les infections

    Que faire ? Et quand consulter ?

    Tout saignement pendant la grossesse nécessite de consulter un médecin. Il faut toujours consulter systématiquement quand l’un des symptômes décrits apparaît car, ils ne sont pas spécifiques d’une fausse couche, mais peuvent menacer votre grossesse.

    Consulter si vous avez des antécédents de fausses couches ou si il en existe dans votre famille.

Fibrome utérin
  • Qu’est-ce que c’est ?

Encore appelé myome ou fibromyome, il s’agit d’une tumeur non cancéreuse qui se développe au dépend du muscle utérin.

  • Comment le reconnaître ?

Le fibrome est le plus souvent silencieux. Mais plus il se développe et plus il est symptomatique et se manifeste par : des saignements menstruels prolongés et anormalement abondant, voire douloureux, des douleurs dans le bas ventre, des troubles urinaires à type de pollakiurie (augmentation de la fréquence de la miction), des douleurs au cours des rapports sexuels, une pesanteur pelvienne…. On ne le reconnait pas à l’œil nu, mais après un examen gynéco.

On distingue le fibrome intra mural qui se développe au sein du muscle utérin, sous séreux qui se développe à l’extérieur du muscle, sous muqueux, endo-cavitaire (le plus souvent à l’origine de métrorragies), pédiculés (dont la torsion du pédicule entraîne une douleur aiguë)

  • Causes

Les causes du fibrome utérin restent encore indéterminées, cependant il existe des facteurs de risques tels que : la prédisposition génétique, l’origine africaine (les femmes africaines font des myomes plus gros et plus fréquents), les hormones (œstrogènes et progestérone favorisent le développement des fibromes), la grossesse, l’absence totale de grossesse.

  • Que faire ?

Le fibrome est souvent silencieux, et est souvent diagnostiqué au cours d’un examen de routine. Faire des examens gyneco reguliers pour faire vérifier par votre médecin le volume et la forme de l’utérus.

  • Quand consulter ?

Consulter systématiquement si vous avez l’un de ces symptômes ou s’ils sont associés : des règles abondantes, prolongées et douloureuses, une augmentation de la fréquence des urines, des douleurs pendant les rapports sexuels, des douleurs pelviennes persistantes, une dysurie.

hypertension artérielle

L’hypertension en chiffres

« Un milliard de personnes souffrent d’hypertension dans le monde dont 60 % dans les pays en voie de développement. Mais dès 2025, à cause du vieillissement de la population et de l’évolution de mode de vie qui favorise l’obésité et la sédentarité nous compterons 1,5 milliards de malades. Et le Bénin n’est pas épargné par ce phénomène.

Au Bénin, la situation est tout aussi préoccupante. Selon une étude récente réalisée avec l’appui de l’OMS, la prévalence de l’hypertension artérielle était en 2008 de 26,5% (plus d’un béninois sur 4 est hypertendu). Cette situation est inquiétante, aussi inquiétante que la fréquence de plus en plus élevée des crises cardiaques, des AVC, des insuffisances rénales, des insuffisances cardiaques et autres complications liées aux maladies du cœur et des vaisseaux. Ces conséquences sont d’autant plus importantes que les maladies cardio-vasculaires touchent principalement les adultes actifs.

L’ampleur du phénomène est tel que 2005, le 14 mai a été déclaré Journée mondiale de d’hypertension artérielle par la Ligue mondiale contre l’hypertension.

Longtemps silencieuse, l’hypertension artérielle peut entraîner des complications très graves : infarctus, attaques cérébrales…Il y a hypertension   artérielle lorsque la force du sang contre les parois des vaisseaux sanguins est trop élevée. L’hypertension artérielle peut endommager des organes vitaux comme le coeur, le cerveau ou les reins.

L’HTA est la première maladie chronique dans le monde et un des principaux facteurs de risque vasculaire. Les bénéfices de la baisse de la pression artérielle (PA) chez le patient hypertendu sont démontrés :

Elle réduit le risque d’accidents vasculaires cérébraux, de démence, d’insuffisance cardiaque, d’infarctus du myocarde et de décès d’origine cardio-vasculaire ;

Elle retarde l’insuffisance rénale chronique terminale

Le dépistage précoce et la prise en charge de l’HTA contribuent à l’allongement de l’espérance de vie.

Et dans cette tranche de citoyens, plus de la moitié ne connait pas son statut d’hypertendu !

Les antécédents familiaux

Si vous avez un parent souffrant d’HTA ou de maladie cardiovasculaire, vous avez deux fois plus de risque d’être ou de devenir hypertendu

Le manque d’activité physique ou la sédentarité

Aujourd’hui, les conditions de vie sollicitent de moins en moins d’efforts physiques, ce qui contribue à une augmentation de la pression artérielle.

Pratiquer une activité physique est bénéfique à la fois pour lutter contre le surpoids et l’HTA.

Le tabagisme

La nicotine, et tous les produits toxiques contenus dans la cigarette, sont mauvais pour l’organisme. La nicotine favorise l’athérosclérose, c’est-à-dire le rétrécissement de vos artères, provoquant des infarctus du myocarde, des accidents vasculaires cérébraux et l’artérite des membres inférieurs.

 

La consommation excessive de sel

Trop de sel augmente chez certains individus le niveau de la pression artérielle. Réduire la consommation de sel est bénéfique, que l’on soit hypertendu ou non.

La prise de boissons alcoolisées

L’alcool est nocif au delà de 2 verres de vin par jour. Il augmente la pression artérielle, abîme le foie et le coeur. Comme le tabac, il contribue à la survenue de nombreux cancers.

 Dépister l’hypertension de nos jours

Aujourd’hui, la mesure de la tension artérielle est possible en dehors du seul cabinet médical grâce à des appareils d’automesure. A condition d’être validés ces appareils permettent de passer outre le phénomène de l’hypertension blouse blanche (pression élevée au cabinet médical et normale au domicile) et l’hypertension retardée (l’inverse).

CAT

la pression artérielle doit être surveillée au moins une fois par an à partir de 30 ans

Une perte de poids de 3 à 4 kilos sur 18 mois fait baisser la pression artérielle systolique de 6 mm de mercure en moyenne et réduit de près de 46 % le risque de devenir hypertendu.

■ Pratiquer une activité physique régulière – 20 minutes et 3 fois par semaine – réduit en moyenne de 4 mm de mercure la pression artérielle systolique.

■ Réduire une consommation d’alcool à des niveaux raisonnables – 2 verres de vin par jour maximum – fait baisser la pression artérielle systolique de 4 mm de mercure en moyenne.

Chez certaines personnes, le gain peut être encore plus important.

Faire baisser de quelques millimètres de mercure votre pression artérielle grâce à quelques modifications de votre mode de vie seront bénéfiques pour vous.

Les médicaments pour baisser la tension artérielle doivent être prises quotidiennement. C’est contraignant. C’est pourquoi La meilleure des préventions reste donc de tout faire pour ne pas devenir hypertendu.

En modifiant votre mode de vie, vous pouvez éviter de devenir hypertendu.

Halitose

« Je ne sais pas pourquoi … mes collègues au travail sont généralement gentils avec moi quand nous causons, mais soudainement ils deviennent irritables ou semblent devenir désintéressés quand je me rapproche d’eux pour parler à bout portant … ». Les médecins l’appellent halitose. Elle peut devenir un calvaire pour certains d’entre nous. Elle concerne 25 à 50% de la population, et les hommes sont 3 fois plus concernés que les femmes. L’ironie c’est que beaucoup de personnes souffrant de mauvaise haleine ignorent complètement leur état. L’embarras est si insidieux que votre entourage ne vous en fait même pas la remarque. L’embarras est si profond que la mauvaise haleine est rarement un motif de consultation.

Comment savoir si vous avez une mauvaise haleine?
Lapez votre poignet. Et sentez-le. L’odeur vous plait-elle ? Elle vous déplaît ? Vous savez maintenant de quel côté vous êtes.

La mauvaise haleine peut être la conséquence de nombreux facteurs.
Parmi eux, la mauvaise hygiène bucco-dentaire et des habitudes alimentaires à savoir un brossage non régulier des dents, une brosse à dents sur-utilisée, un brossage précipité, le non brossage des dents avant de se coucher
la consommation de beaucoup de bonbons et de trucs sucrés;
Le tabagisme et la consommation d’alcool sont des facteurs connus.

En outre, certaines personnes ne boivent pas assez d’eau. Trop peu d’eau (moins de 8 verres d’eau par jour) entraîne une déshydratation et une formation insuffisante de salive dans la bouche.
Tous ces facteurs permettent à de minuscules particules de nourriture de rester dans la bouche et de fermenter. L’odeur produite à partir de ce processus devient si mauvais que le voisin peut littéralement s’enfuir!
Vous conviendrez que la consommation d’aliments à fort arôme tel l’oignon cru peut rendre votre haleine hostile à l’entourage.Le stress, la sinusite sont des causes non négligeables de mauvaise haleine
La mauvaise haleine peut également être un signe de certains problèmes de santé plus graves. Il peut s’agir des maladies de la gencive ou de la dent, d’une maladie du foie; de la tuberculose des poumons ou même de certains cancers.

Pour résoudre ce problème de mauvaise haleine, nous devons commencer par les bases:

  • La boisson fréquente et à volonté de l’eau potable empêchera une bouche sèche et favorisera un bon flux salivaire;
  • Utiliser une bonne brosse à dents – pas trop dur – et le changer régulièrement. N’attendez pas que votre brosse à dents se déploie et se courbe à la manière des mauvaises herbes après le passage d’un vent violent!
  • Apprendre de bonnes techniques de brossage en parlant (nous allons y dédié un article pour vous l’expliquer).
  • Réduire la consommation d’aliments raffinés comme les gâteaux, chocolats et boissons sucrées, ainsi que le tabac et l’alcool.
  • Parler à votre médecin et dentiste régulièrement aidera également à prévenir ou à détecter des problèmes de santé graves se cacher derrière l’ halitose.

Et…. vous êtes assuré d’une haleine plus fraîche, d’une plus grande confiance en vous, de plus d’amis et d’ une meilleure santé!

Hypotension

Qu’est-ce que c’est ?

La tension artérielle est la force avec laquelle le sang circule dans les artères. Elle est normalement inférieure ou égale à 120/80 mmHg. On parle d’hypotension lorsque la tension devient faible. C’est en quelque sorte l’inverse de l’hypertension

Comment le reconnaître ?

Il n’existe pas de seuil au contraire de l’hypertension. Si vous n’avez pas de symptômes, une tension artérielle basse est plutôt un indicateur de longévité. Les signes sont souvent ressentis lorsque la tension artérielle systolique passe en dessous de 100mmHg.

L’hypotendu peut se sentir faible, sentir des vertiges et parfois même s’évanouir lorsqu’il se lève trop rapidement étant couché ou assis.

Les causes ?

Elles ont multiples. Il peut s’agir de

– problèmes neurologiques, cardiovasculaire.

– déshydratation par perte d’eau (diarrhée, vomissement)

– certains médicaments comme ceux utiliser pour le traitement de l’hypertension, les antidépresseurs, les diurétiques

– perte de sang (hémorragie importante), infection généralisée (septicémie)

Parfois il n’y a pas de cause retrouvée.

Que faire ?

Au réveil, étirez-vous pendant quelques minutes puis asseyez-vous sur le bord du lit 30 secondes avant de se lever. Penser à s’hydrater régulièrement pour éviter la déshydratation.

Même consommé avec modération, l’alcool peut être un facteur aggravant de l’hypotension
En position assise, éviter de croiser vos jambes : cela va entraîner une pression sur les veines et rendre difficile la circulation du sang. Faites de petites contractions du mollet puis remuer les orteils pour stimuler le flux sanguin dans les jambes. Faire des pauses pour se dégourdir les jambes.

Eviter les environnements chauds. La chaleur dilatera vos vaisseaux et la sudation qui l’accompagne entrainera une déshydratation. Les deux phénomènes produiront une hypotension.

Manger légèrement plus salée (surtout pas d’abus !!!!)

Quand consulter ?

Les périodes occasionnelles d’hypotension ne sont pas souvent graves et ne nécessitent pas de consultation. Cependant, si elles sont très fréquentes, si les symptômes sont gênants ou si la pression reste toujours à des niveaux trop bas (<90 mmHg), il vaut mieux consulter.

Hypertension

Il est courant d’entendre les gens dire ‘’j’ai la tension’’ pour signifier qu’ils sont hypertendus. Cela est en effet un abus de langage parce que: ‘’tout le monde a la tension’’. La TA c’est la force avec laquelle le sang circule dans les vaisseaux.

C’est quoi alors l’hypertension ?

L’hypertension artérielle est définie lorsque la pression artérielle est à plusieurs reprises supérieure à 140 mm Hg (systole) pour la pression maximale ou supérieure à 90 mm Hg (diastole) pour la pression minimale.

L’hypertension en chiffres

« Un milliard de personnes souffrent d’hypertension dans le monde dont 60 % dans les pays en voie de développement. Mais dès 2025, à cause du vieillissement de la population et de l’évolution de mode de vie qui favorise l’obésité et la sédentarité nous compterons 1,5 milliards de malades. Et le Bénin n’est pas épargné par ce phénomène.

Au Bénin, la situation est tout aussi préoccupante. Selon une étude récente réalisée avec l’appui de l’OMS, la prévalence de l’hypertension artérielle était en 2008 de 26,5% (plus d’un béninois sur 4 est hypertendu). Cette situation est inquiétante, aussi inquiétante que la fréquence de plus en plus élevée des crises cardiaques, des AVC, des insuffisances rénales, des insuffisances cardiaques et autres complications liées aux maladies du cœur et des vaisseaux. Ces conséquences sont d’autant plus importantes que les maladies cardio-vasculaires touchent principalement les adultes actifs.

L’ampleur du phénomène est tel que 2005, le 14 mai a été déclaré Journée mondiale de d’hypertension artérielle par la Ligue mondiale contre l’hypertension.

Le but de la Journée mondiale de l’hypertension artérielle est de communiquer au public l’importance de l’hypertension et la gravité de ses complications médicales, et de fournir de l’information sur sa prévention, sa détection et son traitement.

Longtemps silencieuse, l’hypertension artérielle peut entraîner des complications très graves : infarctus, attaques cérébrales…Il y a hypertension   artérielle lorsque la force du sang contre les parois des vaisseaux sanguins est trop élevée. L’hypertension artérielle peut endommager des organes vitaux comme le coeur, le cerveau ou les reins.

L’ HTA est la première maladie chronique dans le monde et un des principaux facteurs de risque vasculaire. Les bénéfices de la baisse de la pression artérielle (PA) chez le patient hypertendu sont démontrés :

Elle réduit le risque d’accidents vasculaires cérébraux, de démence, d’insuffisance cardiaque, d’infarctus du myocarde et de décès d’origine cardio-vasculaire ;

Elle retarde l’insuffisance rénale chronique terminale

Le dépistage précoce et la prise en charge de l’HTA contribuent à l’allongement de l’espérance de vie.

Et dans cette tranche de citoyens, plus de la moitié ne connait pas son statut d’hypertendu !

Les antécédents familiaux

Si vous avez un parent souffrant d’HTA ou de maladie cardiovasculaire, vous avez deux fois plus de risque d’être ou de devenir hypertendu

Le manque d’activité physique ou la sédentarité

Aujourd’hui, les conditions de vie sollicitent de moins en moins d’efforts physiques, ce qui contribue à une augmentation de la pression artérielle.

Pratiquer une activité physique est bénéfique à la fois pour lutter contre le surpoids et l’HTA.

Le tabagisme

La nicotine, et tous les produits toxiques contenus dans la cigarette, sont mauvais pour l’organisme. La nicotine favorise l’athérosclérose, c’est-à-dire le rétrécissement de vos artères, provoquant des infarctus du myocarde, des accidents vasculaires cérébraux et l’artérite des membres inférieurs.

La consommation excessive de sel

Trop de sel augmente chez certains individus le niveau de la pression artérielle. Réduire la consommation de sel est bénéfique, que l’on soit hypertendu ou non.

La prise de boissons alcoolisées

L’alcool est nocif au-delà de 2 verres de vin par jour. Il augmente la pression artérielle, abîme le foie et le cœur. Comme le tabac, il contribue à la survenue de nombreux cancers.

 Dépister l’hypertension de nos jours

Aujourd’hui, la mesure de la tension artérielle est possible en dehors du seul cabinet médical grâce à des appareils d’auto-mesure. A condition d’être validés ces appareils permettent de passer outre le phénomène de l’hypertension blouse blanche (pression élevée au cabinet médical et normale au domicile) et l’hypertension retardée (l’inverse).

Conduite A Tenir

La pression artérielle doit être surveillée au moins une fois par an à partir de 30 ans.

Une perte de poids de 3 à 4 kilos sur 18 mois fait baisser la pression artérielle systolique de 6 mm de mercure en moyenne et réduit de près de 46 % le risque de devenir hypertendu.

■ Pratiquer une activité physique régulière – 20 minutes et 3 fois par semaine – réduit en moyenne de 4 mm de mercure la pression artérielle systolique.

■ Réduire une consommation d’alcool à des niveaux raisonnables – 2 verres de vin par jour maximum – fait baisser la pression artérielle systolique de 4 mm de mercure en moyenne.

Chez certaines personnes, le gain peut être encore plus important.

Faire baisser de quelques millimètres de mercure votre pression artérielle grâce à quelques modifications de votre mode de vie seront bénéfiques pour vous.

Les médicaments pour baisser la tension artérielle doivent être prises quotidiennement. C’est contraignant. C’est pourquoi la meilleure des préventions reste donc de tout faire pour ne pas devenir hypertendu.

En modifiant votre mode de vie, vous pouvez éviter de devenir hypertendu.

Intertrigo inter-orteils (pieds d'athlètes)

Le pied d’athlète ou intertrigo inter-orteils (du nom scientifique tinea pedis) est une infection des plis inter-orteils par des champignons microscopiques .Il est cliniquement inflammatoire, érosif, creusant, avec des collerettes de desquamation et une extension en miroir aux bords latéraux des orteils et à la partie adjacente de la voûte plantaire.

 

Pied d’athlète

 

Il peut se compliquer de macération, de fissurations douloureuses et d’infections cette fois-ci bactériennes. L’intertrigo dermatophytique peut se complique souvent d’une surinfection staphylococcique et streptoccocique. De tels foyers sont parfois le départ d’une lymphangite, d’une adénite et surtout d’érysipèle de membre.

CONSEILS 

• Soins d’hygiène ++++ avec lavage à l’eau et au savon (pas d’antiseptiques)
• Séchage minutieux avec serviette réservée à la zone atteinte
• Utilisation d’eau bicarbonatée si besoin
• Limiter les facteurs de macération
• Essuyer les espaces interdigitaux après les ablutions et les toilettes
• Favoriser une bonne aération des pieds
• Prendre l’avis de son dermatologue
• Traiter et éviter les récidive

Mauvaise haleine

« Je ne sais pas pourquoi … mes collègues au travail sont généralement gentils avec moi quand nous causons, mais soudainement ils deviennent irritables ou semblent devenir désintéressés quand je me rapproche d’eux pour parler à bout portant … ». Les médecins l’appellent halitose. Elle peut devenir un calvaire pour certains d’entre nous. Elle concerne 25 à 50% de la population, et les hommes sont 3 fois plus concernés que les femmes. L’ironie c’est que beaucoup de personnes souffrant de mauvaise haleine ignorent complètement leur état. L’embarras est si insidieux que votre entourage ne vous en fait même pas la remarque. L’embarras est si profond que la mauvaise haleine est rarement un motif de consultation.

Comment savoir si vous avez une mauvaise haleine?
Lapez votre poignet. Et sentez-le. L’odeur vous plait-elle ? Elle vous déplaît ? Vous savez maintenant de quel côté vous êtes.

La mauvaise haleine peut être la conséquence de nombreux facteurs.
Parmi eux, la mauvaise hygiène bucco-dentaire et des habitudes alimentaires à savoir un brossage non régulier des dents, une brosse à dents sur-utilisée, un brossage précipité, le non brossage des dents avant de se coucher
la consommation de beaucoup de bonbons et de trucs sucrés;
Le tabagisme et la consommation d’alcool sont des facteurs connus.

En outre, certaines personnes ne boivent pas assez d’eau. Trop peu d’eau (moins de 8 verres d’eau par jour) entraîne une déshydratation et une formation insuffisante de salive dans la bouche.
Tous ces facteurs permettent à de minuscules particules de nourriture de rester dans la bouche et de fermenter. L’odeur produite à partir de ce processus devient si mauvais que le voisin peut littéralement s’enfuir!
Vous conviendrez que la consommation d’aliments à fort arôme tel l’oignon cru peut rendre votre haleine hostile à l’entourage.Le stress, la sinusite sont des causes non négligeables de mauvaise haleine
La mauvaise haleine peut également être un signe de certains problèmes de santé plus graves. Il peut s’agir des maladies de la gencive ou de la dent, d’une maladie du foie; de la tuberculose des poumons ou même de certains cancers.

Pour résoudre ce problème de mauvaise haleine, nous devons commencer par les bases:

  • La boisson fréquente et à volonté de l’eau potable empêchera une bouche sèche et favorisera un bon flux salivaire;
  • Utiliser une bonne brosse à dents – pas trop dur – et le changer régulièrement. N’attendez pas que votre brosse à dents se déploie et se courbe à la manière des mauvaises herbes après le passage d’un vent violent!
  • Apprendre de bonnes techniques de brossage en parlant (nous allons y dédié un article pour vous l’expliquer).
  • Réduire la consommation d’aliments raffinés comme les gâteaux, chocolats et boissons sucrées, ainsi que le tabac et l’alcool.
  • Parler à votre médecin et dentiste régulièrement aidera également à prévenir ou à détecter des problèmes de santé graves se cacher derrière l’ halitose.

Et…. vous êtes assuré d’une haleine plus fraîche, d’une plus grande confiance en vous, de plus d’amis et d’ une meilleure santé!

Myome utérin
  • Qu’est-ce que c’est ?

Encore appelé myome ou fibromyome, il s’agit d’une tumeur non cancéreuse qui se développe au dépend du muscle utérin.

  • Comment le reconnaître ?

Le fibrome est le plus souvent silencieux. Mais plus il se développe et plus il est symptomatique et se manifeste par : des saignements menstruels prolongés et anormalement abondant, voire douloureux, des douleurs dans le bas ventre, des troubles urinaires à type de pollakiurie (augmentation de la fréquence de la miction), des douleurs au cours des rapports sexuels, une pesanteur pelvienne…. On ne le reconnait pas à l’œil nu, mais après un examen gynéco.

On distingue le fibrome intra mural qui se développe au sein du muscle utérin, sous séreux qui se développe à l’extérieur du muscle, sous muqueux, endo-cavitaire (le plus souvent à l’origine de métrorragies), pédiculés (dont la torsion du pédicule entraîne une douleur aiguë)

  • Causes

Les causes du fibrome utérin restent encore indéterminées, cependant il existe des facteurs de risques tels que : la prédisposition génétique, l’origine africaine (les femmes africaines font des myomes plus gros et plus fréquents), les hormones (œstrogènes et progestérone favorisent le développement des fibromes), la grossesse, l’absence totale de grossesse.

  • Que faire ?

Le fibrome est souvent silencieux, et est souvent diagnostiqué au cours d’un examen de routine. Faire des examens gyneco reguliers pour faire vérifier par votre médecin le volume et la forme de l’utérus.

  • Quand consulter ?

Consulter systématiquement si vous avez l’un de ces symptômes ou s’ils sont associés : des règles abondantes, prolongées et douloureuses, une augmentation de la fréquence des urines, des douleurs pendant les rapports sexuels, des douleurs pelviennes persistantes, une dysurie.

Pied d’athlète (intertrigo inter-orteils)

Le pied d’athlète ou intertrigo inter-orteils (du nom scientifique tinea pedis) est une infection des plis inter-orteils par des champignons microscopiques .Il est cliniquement inflammatoire, érosif, creusant, avec des collerettes de desquamation et une extension en miroir aux bords latéraux des orteils et à la partie adjacente de la voûte plantaire.

 

Pied d’athlète

 

Il peut se compliquer de macération, de fissurations douloureuses et d’infections cette fois-ci bactériennes. L’intertrigo dermatophytique peut se complique souvent d’une surinfection staphylococcique et streptoccocique. De tels foyers sont parfois le départ d’une lymphangite, d’une adénite et surtout d’érysipèle de membre.

CONSEILS 

• Soins d’hygiène ++++ avec lavage à l’eau et au savon (pas d’antiseptiques)
• Séchage minutieux avec serviette réservée à la zone atteinte
• Utilisation d’eau bicarbonatée si besoin
• Limiter les facteurs de macération
• Essuyer les espaces interdigitaux après les ablutions et les toilettes
• Favoriser une bonne aération des pieds
• Prendre l’avis de son dermatologue
• Traiter et éviter les récidive

Syndrome du canal carpien

Qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit des manifestations consécutives à la compression du nerf médian. Le nerf médian passe dans un tunnel situé au niveau du poignet et nommé ‘’canal carpien’’

Comment le reconnaître ?

Il se manifeste par un engourdissement, des fourmillements, une raideur et même des douleurs dans la main et les doigts (pouce, index, majeur). Parfois une difficulté à saisir les petits objets. Il est fréquent chez les travailleurs manuels après 50 ans.

Causes

Elles sont variées. Il s’agit par exemple de mouvements répétitifs du poignet pendant longtemps, l’usage répété d’outils qui vibrent, l’usage fréquent de la souris, l’arthrite du poignet, les troubles neurologiques dus au diabète, les variations hormonales pendant la ménopause…

Traitement (Que faire ?

Souvent, le syndrome du canal carpien disparait spontanément sans traitement.

Sinon, la chirurgie permet de lever la compression.

Mesures de prévention

  • Faire régulièrement reposer les mains durant l’exécution de tâches répétitives.
  • Alterner régulièrement les mouvements d’une main à l’autre.
  • Tenir les objets dans la main plutôt que du bout des doigts.
  • S’assurer que les poignées des outils ne sont pas trop grosses ou trop petites pour la main.
  • Éviter d’utiliser longtemps des outils qui vibrent fortement.
  • Bien traiter les maladies qui peuvent causer le syndrome du canal carpien.