BÉNIN : Numérique et Education à la Santé Sexuelle au cœur d’un symposium

Mince, enfant, vieux, enceinte, allaitante, handicap… Activité physique? OUI ou NON?
25 décembre 2019
Réparation des fentes labiales pour tous: voici comment Via-Me change la donne au Bénin
21 janvier 2020
Tout montrer

Crédit: UNFPA-Bénin


Le 14 janvier 2020, des experts et chercheurs se sont réunis à Cotonou pour partager leurs réflexions et échanger autour de la thématique : ”Éduquer à la santé sexuelle à l’heure du numérique au Bénin : états des lieux, défis et perspectives”. C’était au cours d’un symposium organisé par le Laboratoire d’Analyses et de Recherche Religions, Espaces et Développement (LARRED) de l’Université d’Abomey-Calavi avec l’appui technique du Bureau Pays Bénin de l’UNFPA.

 

Cette rencontre a voulu s’inscrire dans une démarche scientifique. L’objectif était d’aller au-delà des discours militants et passionnés et poser le problème du point de vue de la recherche et des évidences de l’heure. Le symposium a permis à différents spécialistes de domaines variés de décortiquer un sujet complexe. Le numérique, l’éducation à la santé sexuelle sont des concepts dignes de plusieurs thèses. Cependant, le Bénin sur la question aura eu le mérite de poser le pas et de lancer le débat. Cet article revient sur les lignes essentielles des échanges.

Numérique et éducation à la santé sexuelle, un sujet obligatoire

Devinette!!! Quelle est la première chose à laquelle vous touchez quand vous vous réveillez et la dernière quand vous voulez vous endormir? Devinette pour les nuls. Il s’agit bien évidemment du téléphone. A l’heure où les technologies de l’information et de la communication progressent à une vitesse exponentielle et intègrent l’intimité des humains, il serait illusoire d’occulter le rôle éducatif de ces technologies dans le domaine de la santé et plus spécifiquement dans le domaine de la santé sexuelle. Il serait même dangereux et contre-productif de minorer le rôle du numérique dans le sens où ce dernier peut servir de canal redoutable à la diffusion de fake news (infox) avec de fâcheuses conséquences. Lors du symposium, les chercheurs ont reconnu la nécessité de ”maîtriser” le numérique, de l’utiliser pour diffuser la bonne information en matière de santé sexuelle.

Améliorer et étendre les stratégies existantes

Les populations en Afrique subsaharienne ont plus accès au téléphone portable qu’à l’eau, qu’à l’électricité et qu’aux toilettes (World Bank). Sur ce territoire apparemment sans règle, les jeunes peuvent accéder à des contenus de natures très variées mais le plus souvent inadaptés surtout lorsqu’il s’agit (d’éducation) à la sexualité. Selon une enquête récente (Health and Technology : what young people really think, 2019) qui a interrogé plus de 1500 jeunes entre 15 et 30 ans, 84% ont déclaré qu’ils utilisent davantage de technologies numériques et/ou d’applications Web  pour suivre leur santé et prendre des décisions éclairées en matière de santé. L’étude de Marzano et de Rozier par exemple rapporte que 58 % des garçons et 42 % des filles estiment que leur sexualité est influencée par la pornographie. Le préadolescent et l’adolescent sont de plus en plus accoutumés à une vision sexiste des rôles sexuels. Les garçons affichent très tôt des conduites de contrôle sexuel (James Wright, psychothérapeute). Il importe au regard de tout ceci de mettre en oeuvre des stratégies pour une meilleure gestion de l’information et de l’éducation à la sexualité par le numérique. Ces stratégies incluent la création de contenus basés sur le contexte local, l’inclusion des langues nationales, une approche régionale (#Tech4Youth), la création d’espaces d’expression et de gestion de l’information sûrs …

Ne laisser personne de côté grâce au numérique

Le numérique peut-il permettre de ne laisser personne de côté? Comment le numérique peut-il aider à atteindre ceux qui ne comprennent pas le français, qui ne savent ni lire, écrire?  Comment prendre en compte les populations vivant dans les régions enclavées, les zones frontalières et lacustres? Que faire pour ne pas laisser aux oubliettes les personnes en situation de handicap auditif, visuel, les populations déplacées suite aux conflits ou aux catastrophes climatiques? Le numérique peut aider à résoudre cette  difficile équation du dernier kilomètre grâce à des stratégies spécifiques et ciblées. Il doit s’agir d’interventions globales incluant, en dehors de l’éducation à la santé sexuelle par le numérique, l’alphabétisation, les soins de santé primaires et l’électricité. De plus, la stratégie pour ne laisser personne de  côté doit s’appuyer sur les langues locales, les réalités socio-culturelles, les leaders d’opinion et les pairs capables de vulgariser les différents outils qui seront élaborés.

Dr Isaac Houngnigbé et Dr Hashim Hounkpatin

Le blog de Arayaa, tout ce que votre médecin n’a pas le temps de vous expliquer en consultation!


arayaa
arayaa
Arayaa fait le pari de l'alphabétisation médicale de masse en Afrique, seul gage pour avoir des citoyens au plein de leurs potentiels afin de relever les défis de développement de l'Afrique, le continent de tous les enjeux!