Comment ce que nous mangeons affecte notre périnée ?

Avoir des relations sexuelles peut-il vraiment remplacer la pratique d’exercices physiques ?
11 novembre 2018
La sécheresse oculaire, la maladie d’aujourd’hui et de demain
20 novembre 2018
Tout montrer

L’une des principales causes de nos problèmes de santé du 21ème siècle est la mauvaise alimentation. Pour plusieurs raisons  nous mangeons mal. En quantité comme en qualité. Il nous est souvent conseillé de diminuer les sucreries, les graisses, le sel, l’alcool et d’augmenter la consommation d’eau, de fruits et légumes. Tout cela pour  la gestion ou la prévention des maladies telles que l’hypertension, le diabète ou encore l’obésité. Mais ce qu’on ne nous dit pas souvent c’est que ces conseils alimentaires ont un impact bien au-delà de la lutte contre ces pathologies sus-citées. Notre périnée, l’un des organes essentiels de notre corps va être modifié par notre façon de manger. Malheureusement, on en parle très peu et de ce fait nous avons tendance à le négliger. Pour comprendre la pertinence de ce sujet je vous propose d’éclaircir ce à quoi sert le périnée.

Notre périnée, l’un des organes essentiels de notre corps va être modifié par notre façon de manger. Cliquez pour tweeter
Lire aussi: le périnée, c'est quoi?

Le périnée, c’est la partie que l’on retrouve entre nos cuisses. Il est composé essentiellement de muscles qui vont fermer notre bassin en bas. Pour cette raison, il est encore appelé « plancher pelvien ». En d’autres termes c’est notre fondation, car tous les organes dans l’abdomen reposent sur cet ensemble de muscles. Hormis le rôle de soutien des organes, notre périnée va participer à :

  • La sexualité : le vagin et le pénis font partie intégrante des structures du périnée ;
  • La reproduction : le bébé lors de l’accouchement par voie basse va passer à travers le périnée.
  • La gestion des besoins (urines, selles et gaz): si nous savons différer nos besoins c’est grâce aux muscles du périnée. Lorsque nous commençons à avoir des besoins pressants ou des fuites urinaires suite au besoin ou à un effort de toux par exemple, c’est le signe que les muscles du périnée sont défaillants.

Le périnée est notre fondation. Il intervient dans le fonctionnement des systèmes urinaire, digestif, sexuel et reproducteur. C’est un organe essentiel de notre corps qu’il faut absolument préserver.

 Le périnée est notre fondation. Il intervient dans le fonctionnement des systèmes urinaire, digestif, sexuel et reproducteur. Cliquez pour tweeter

Au vu de ces actions, nous pouvons comprendre que le périnée est un organe très important non seulement pour l’homme  et pour la femme, mais aussi pour le couple. Lorsqu’il se dégrade, il occasionne des perturbations du contrôle des urines voire selles/gaz et peut entraver le bon déroulement des relations sexuelles et la reproduction. Le préserver devient donc une nécessité. Plusieurs mesures sont recommandées pour protéger son périnée. Nous nous intéressons ici aux mesures alimentaires. Certains comportements alimentaires ne font pas du bien à votre périnée. Le saviez-vous ?

  • Tous les produits irritants à savoir l’alcool, le thé, le café, les épices, les boissons gazeuses (coca, fanta, eau gazéifiée…) vont favoriser une hyperactivité vésicale, c’est-à-dire perturber le fonctionnement de notre vessie. Cet état de chose va donc se répercuter sur votre périnée en augmentant les envies pressantes d’uriner avec des risques de fuites d’urines ou incontinence urinaire.
Tous les produits irritants à savoir l’alcool, le thé, le café, les épices, les boissons gazeuses (coca, fanta, eau gazéifiée...) vont perturber le fonctionner de votre vessie Cliquez pour tweeter
  • Les aliments comme le pain, le riz consommé de façon excessive vont favoriser les selles dures et nous amener à pousser trop fort. Ceci favorise les hémorroïdes. En poussant trop fort, les muscles du périnée sont agressés et vont s’affaisser, ce qui expose à des prolapsus (descente d’organe) chez la femme. Ces prolapsus peuvent favoriser les douleurs lors des rapports sexuels et dégrader la vie de couple.
Les aliments qui constipent favorisent les hémorroïdes, la descente d'organes et les douleurs lors des rapports sexuels Cliquez pour tweeter

Attention !!! Il ne s’agit pas d’éviter ces produits. Il faut juste les consommer avec modération.

Lire aussi: Voici 7 raisons pour lesquelles vous êtes souvent constipé

Manger des portions de fruits et légumes est excellent pour gérer son poids, éviter la constipation et préserver son périnée Cliquez pour tweeter
Fruits et légumes via pexels

Fruits et légumes via pexels

On ne le dira jamais assez. Tout le monde l’a déjà entendu au moins une fois. Pourtant qui consomme au moins un fruit et un légume chaque jour ? Nous avons toujours une bonne excuse pour ne pas le faire : le manque de moyen, le manque de temps, le fait de ne pas aimer… Manger 5 portions de fruits et légumes par jour est une recommandation que chacun devrait mettre dans ses habitudes dès aujourd’hui. C’est vrai pour gérer son poids, pour éviter la constipation et c’est aussi vrai pour préserver son périnée. Comme vous l’avez deviné, certains aliments font du bien à notre périnée. Lesquels ?

Notre façon de manger explique une grande partie de notre état de santé. Le plus souvent les problèmes évoluent à bas bruit. N’attendons donc pas d’avoir des plaintes avant d’appliquer les recommandations. La prévention vaut toujours mieux que la guérison. Faites votre choix !!!

 

Le blog de Arayaa, tout ce que votre médecin n’a pas le temps de vous expliquer en consultation!

 


Yollande DJIVOH SONOUNAMETO
Yollande DJIVOH SONOUNAMETO
Yollande est kinésithérapeute spécialisée en Périnéologie et en Fitness. Elle participe à l’encadrement des étudiants en Kinésithérapie à la Faculté des Sciences de la Santé de Cotonou et prends en charge les patients au Service de Rééducation du CNHU-HKM. Son ambition c’est de faire comprendre à tous l’utilité de la prévention en santé, notamment en ce qui concerne le périnée mais aussi le pouvoir de l’activité physique. PREVENIR VAUT MIEUX QUE GUERIR. Elle poursuit actuellement un master de recherche à l'Université Catholique de Louvain en Belgique.