Etre migrant

Par arayaa
1 commentaire
Une vidéo de la chaîne américaine CNN révélant la ”vente” de migrants noirs a déchaîné les passions de part le continent et a fait coulé beaucoup d’encres et de salives. Plusieurs voies y compris celle de nombreux Président de la République et personnalités publiques – artistes, sportifs, …) se sont levées pour s’insurger contre ce phénomène. Dr Micaël Adjigbe et Dr Romain Gbémiga, 2 médecins de notre équipe de rédaction se sont intéressés au sujet, du moins à son aspect santé.

[divider height=”30″]

Elles sont nombreuses et variées, ces raisons qui poussent des millions d’africains à prendre le chemin de l’exil vers le supposé El Dorado. Eux tous sont animés de la même détermination et de la même foi, réussir ou mourir en essayant, parce que pour eux d’où ils sont partis, il n’y a plus d’espoir, ni d’avenir. Vous avez sûrement lu des milliers d’histoires et d’aventures racontant ses périples mais moi je vous en parlerai du côté sanitaire.

Une fois quitté leur pays où pour la plupart les conditions de vie ne sont pas reluisantes sur beaucoup de plan, l’immigration devient un vrai périple où la maladie (dans tous les sens du mot) ainsi que la mort guettent et font de nombreuses victimes.

Sur le plan physique

[divider height=”30″]

l’immigré est celui qui est le plus souvent sujet à plusieurs maux. Il vit dans des conditions quasiment inhumaines (dans des milieux insalubres, s’alimentant à peine, avec sur lui des vêtements où sont mélangés la crasse, de la sueur, donnant des odeurs à faire tourner de l’oeil…). Ces conditions les rendent très vulnérables aux simples infections qu’elles soient d’origine bactérienne, virale, fongique ou parasitaire. La promiscuité parfois dans laquelle ils vivent favorise une diffusion rapide de ces pathologies. Ils sont aussi victimes de nombreuses  plaies physiques souvent négligées ou mal soignées. L’absence de services de soins pouvant leur prodiguer des soins minimum rendent rapidement mortelle de simples affections. Le migrant est d’abord celui qui meurt de tout et de rien, une simple grippe peut l’emporter s’il n’est pas robuste.

Sur le plan psychique

[divider height=”30″]

l’immigration est un véritable supplice. Les nombreux dangers sur le trajet que sont les viols, les enlèvements, les tortures, les exploitations de l’homme par l’homme, les escroqueries, l’esclavage … constituent autant d’agressions contre le psychisme de l’immigré. C’est à la fin du périple un homme nouveau, déçu, brisé, martyrisé, blessé parfois instable, à la limite du psychopathe ou du sociopathe que l’on retrouve souvent lorsqu’ils sont rapatriés chez eux dans leurs pays respectifs et qui reviennent auprès de leurs familles. Ce sont des hommes pour lesquelles l’on doit parfois dépenser énormément de ressources pour les rendre apte à se remettre en équilibre psychique et à s’intégrer dans la société (ce qui n’est pas souvent bien faits). En termes clairs, l’immigré a vu ce qu’il pouvait y avoir de pire dans l’humanité, avec souvent personne à qui vraiment se confier. Il devient un désaxé social. Ceci dit, en dehors de tout contexte, migrer dans un autre pays augmente la quantité de dopamine dans le cerveau, mettant l’immigrant à plus de risque de développer une schizophrénie (communément appelée folie).

Migrer dans un autre pays augmente la quantité de dopamine dans le cerveau, mettant l’immigrant à plus de risque de développer une schizophrénie.


Et si nous sommes capable, malgré tous ces dangers, de nous lancer à l’aventure, pourquoi ne pas utiliser toute cette énergie pour créer de la richesse et développer notre terre. Nous avons appris pendant trop longtemps à nous sous-estimer tellement qu’à présent nous y croyons tous. En partant, nous reviendrons chez nous le plus souvent et nous constituerons un danger pour nos proches. Battons-nous plutôt pour construire au lieu de fuir.

Chaque migrant a un rêve. La meilleure façon de lutter contre l’immigration est que nous créons nous même jeunes des conditions afin de réaliser nos rêves. Ainsi ils cesseront de fuir. Arrêtons d’attendre l’état et les autorités.  Ils ont montré depuis longtemps qu’ils ne peuvent rien pour nous. Prenons notre vie en main.

 

Le blog de Arayaa, tout ce que votre médecin n’a pas le temps de vous expliquer en consultation!

You may also like

1 commentaire

ROMAIN H novembre 21, 2017 - 8:54

Très bel article de l’equipe Arayaa. Nous devons à tout prix créer les conditions de la réalisation du rêve de chaque citoyen africain. En attendant il est urgentissime que nos élites politiques prennent leur responsabilité. Certes les politiques ont démissionné mais il faudra une prise de conscience individuelle et collective de cette jeunesse afin que le paradigme change.

Comments are closed.

Discutons-en
De quoi avez vous besoin ?
Vous avez un problème de santé?